samedi 4 avril 2009

le papet vaudois et le pape Araignée

Une betterave active, les premiers jours du printemps, un clavier délaissé, cette recette attend sa publication depuis quelques semaines déjà.

Depuis que je pense à ce billet, une comptine de l'enfance me tourne dans la tête. Connaissez-vous l'histoire du pape Araignée ?

Je l'ai répétée tant de fois et je la trouvais si étrange et poétique... ce n'est que des années plus tard que j'ai compris le jeu de mots... Pour moi, elle avait toujours sonné ainsi :

Le pape est mort. Un nouveau pape est appelé Araignée.
Araignée ? Quel drôle de nom. Pourquoi pas Libellule ou Papillon ?

Histoires de papes ; pour moi il y a celui de la petite enfance qui s'appelait Araignée. Puis celui de la papamobile qui tremblait de plus en plus mais qui me restait malgré des discours abscons et régressistes toujours un peu sympathique - pour des raisons confuses et polonaises, probablement. Celui d'aujourd'hui ne m'inspire pas deux lignes, et d'autres l'ont épinglés récemment mieux que moi.

N'empêche, papet vaudois, ça sonne comme pape, et ça sonne comme l'enfance. C'est un plat de chez nous, et chacune le cuisine de façon à ce qu'il ressemble le plus possible à celui de sa maman, grand-maman, ou autre référence familio-gustative. 
J'en connais d'ailleurs qui ont failli foutre en l'air une soirée entre filles à essayer de faire le papet à plusieurs. Cuire la saucisse à part ou dedans, piquée ou non. Faire revenir le poireau ou pas. Couper les pommes de terre, les laisser entières ou les écraser. Ajouter du vin blanc ou du vinaigre ou pas. Y mettre de la crème ou du bouillon (hérétiques !). Elles ont fini par en abandonner une seule en cuisine, pour la sauvegarde de l'amitié.


Alors si vous êtes vaudois, que vous lisez ce blog, et que vous faites votre papet autrement, je reçois volontiers vos commentaires par curiosité ethnologique, mais pour moi, c'est comme ça qu'il est vrai :

- 1 kg de poireaux
- 4-5 pommes de terre
- 1 saucisse aux choux
- 1 saucisse au foie (identifiable à sa ficelle rouge chez mon excellent fournisseur)
- 1 tombée de vinaigre
- huile, sel, poivre

Lavez les poireaux et coupez-les en demi ou quarts de rondelles de 1 cm de long. Piquez les saucisses d'un cure-dents à chaque extrémité.

Mettez-les dans une casserole d'eau froide et portez à ébullition. Dès que ça bout, baissez le feu et laissez cuire pour 1h en tout.

Faites revenir les poireaux dans un peu d'huile. Mouillez d'un petit verre d'eau et d'un trait de vinaigre de vin blanc et laissez cuire à feu doux pendant 30 minutes.

Epluchez les pommes de terre (avec un vrai épluche-patates ou économe suisse en U) et coupez les en morceaux grossiers. 

Ajoutez les aux poireaux pour encore 20-30 minutes de cuisson. Elles doivent être bien cuites, un peu fondantes, comme se dissoudre dans la masse mais pas tout à fait, pour qu'on aie parfois la sensation d'un morceau. Salez et poivrez.


Sortez les saucisses et coupez-les en deux ou trois tronçons. Servez sur assiette, une portion de papet, et un morceau de chaque saucisse. Ceux qui n'aiment pas le foie peuvent aussi ne choisir que de la saucisse aux choux, évidemment.


Côté quantité, une saucisse chacun nourrira de gros mangeurs ; avec ces proportions, nous avons eu de quoi faire un beau repas à deux et une petite assiette de restes pour mon dîner du lendemain (le papet est excellent réchauffé). Mais, sagesse paysanne, vaut mieux trop que pas assez.


Ces saucisses vaudoises se découpent sur la longueur, puis l'on "râcle" l'intérieur avec son couteau. Certains nettoient soigneusement leur boyau avant de commencer à déguster, d'autres mangent la chair au fur et à mesure, certains alternent les bouchées, d'autres mélangent le tout dans leur assiette... 
Le papet, c'est vraiment compliqué, car chacun fait à sa façon et chacun dans sa vérité...


... ben oui on est protestants, pis y en a point comme nous !

7 commentaires:

les chéchés a dit…

(nous aurions eu, alors, des croyances enfantines en commun... ) par contre, pas de recettes de papet vaudois qui fait saliver l'amoureux à côté de moi... bonne semaine, dame bettrave...

Camille a dit…

Le pape est plus dogmatique que votre recette, c'est dire. Et je suis sûre qu'il n'a pas d'aussi chouettes souvenirs d'enfance, ça se saurait (a si, une petite organisation sympathique, béret et culottes courtes, réservée aux blonds).

Anonyme a dit…

Enfin quelqu'un qui utilise un "épluche-patate" normal. ;-) J'suis incapable d'éplucher les pommes de terre ou les carottes avec autres chose!

Rosa's Yummy Yums a dit…

Aaaahhh que j'adore ça! Un bon plat bien de chez nous...

Bises,

Rosa

Estèbe a dit…

Et chantons en chœuuuuur le pays romaaaaaaaaand / le pif dans le papet en bons protestaaaaants

Gracianne a dit…

cette saucisse la, elle donne comme une envie de naturalisation :)

clutch a dit…

Trop migonne, l'histoire du Pape Araignée!

Et puis cette recette du papet vaudois, ca a l'air très bon. En fait, ca ressemble au stoemp que l'on mange en Belgique: "Une base de pommes de terre écrasées avec autre chose : carottes, chou-fleur et brocolis, champignons, chicons et lardons, fromage blanc, radis et petits oignons, fines herbes, brandade de morue, etc."
- citation du guide des connaisseurs.be.

Bon appétit!