mercredi 22 avril 2009

j'ai craqué... la salade de fraises hors-saison

J'ai évidemment signé Ras la fraise. Je râle contre les herbes toutes simples qui viennent d'Israël (non mais franchement, de la ciboulette, du basilic, du persil mais d'Israël quelle idée), contre les vins sud-américains dans les bistrots (comme si il y avait pas assez de bon pinard sur ce continent-là), contre les asperges du Pérou. J'ai attendu hier pour manger mes premières de la saison, elles venaient du Valais, et encore, c'était une chance que les parents de mes amis leur en aient offert une botte. Je m'autorise tout de même les ananas et autres avocats parce que c'est pas demain qu'on les verra pousser en Suisse... mais bon, je locavore, comme on dit, le plus souvent possible, et surtout, je saisonvore.

Et j'ai craqué. Je n'aurais pas mon jeton cette semaine à la séance des Consommateurs Anonymes. Devant l'étal d'un supermarché, j'ai attrapé une belle barquette de fraises. Elles arrivaient d'Italie, elles étaient rouges et odorantes, j'ai craqué.

Bien entendu, j'ai été déçue. Rouge et embaumante ne veut pas dire goûteuse. Elles étaient un peu fades, un peu acides, mais bon, elles annonçaient tout de même l'été. Je les ai donc améliorées, en assumant totalement le détournement de saison :

Les fraises hors-saison, pour deux personnes :

- 200g de fraises pas assez mûres
- 3 poignées d'amandes mondées et effilées
- et l'ingrédient surprise : 2 généreuses cuillères à soupe de gelée de coings

Rincez rapidement les fraises, égouttez-les, coupez-les en six, ou en huit, enfin en morceaux. Mélangez-les avec la gelée de coings. Il faut bien mélanger, que la confiture soit bien répartie dans le plat. Laissez reposer une heure environ, à température ambiante (elles n'ont déjà pas de goût ces fraises, on va pas encore les mettre au frigo).

Poêlez les amandes à sec. Re-mélangez vos fraises pour répartir le jus et répartissez les dans deux bols. Parsemez y les amandes.

Dégustez en rougissant de n'avoir pas su attendre l'été, et d'avoir encore amené l'automne dans cette affaire.

Le coing se marie très bien avec l'acidité des fraises, donne une touche originale et subtile à cette salade de fruits, et reste discret à condition de doser.

9 commentaires:

~marion~ a dit…

Italiennes ou pas, moi depuis que je vois des fraises sur les étals des maraîchers je n'y résiste pas... Et comme toi je les prépare toujours en salade pour un dessert léger et coloré, je n'ai jamais pensé à y mettre de la confiture ou de la gelée, à tester d'urgence!

Estèbe a dit…

On est tombé samedi dernier sur des fraises de Provence over présentables. Et les asperges de Genève débarquent itou. Et les tomates siciliennes aussi. On y est: faut pas se faire du mal. Cool, la salade.

Camille a dit…

Eh bien, il faut tout de même se laisser guider par le plaisir, et ne jamais considérer son locavorisme comme la pire des contraintes. Et si les fraises sentaient bon.

freddy lorraine a dit…

une envie de fraises, ça ne se commande pas! sympa le mariage avec la gelée de coings!

les chéchés a dit…

(jolie bannière, dame bettrave! comme une promenade dans les jardins...)

Camille a dit…

j'aime beaucoup cette nouvelle bannière. autant d'amour dans une petite racine rose, ça mérite chapeau bas.

mamapasta a dit…

je suis en france et on trouve des fraises françaises...
comme il fait un froid de canard ici en Poitou ( 12°C à cette heure ci) la fraise ne me tente pas, mais si j'en vois qui me parlent bien, françaises , dès qu'il fait chaud, je craque aussi!( et celles poussées chez mon maraicher, là je les dévore en juin)

San a dit…

Bah, d'Italie et fin avril, je te pardonne ;)
Me réjouis, les vraies fraises mûres et goûteuses arrivent ^___^

Saperlipopote ! a dit…

une fraise offerte par un ami m'a fait faire la grimace non par culpabilité mais parcequ'elle aurait simplement était bonne en vinaigrette tellement acide !
bon allé c'est pas grave, on te le donne quand même ton billet pour le paradis gustatif !
et puis le plaisir, ah le plaisir...